La fashionista qui est en moi

23 Nov

Vêtements dans un magasin

Photo by net_efekt on Flickr - Creative Commons license

Les gens, l’heure est grave, j’ai besoin de vous.

Comme à peu près tout le monde, il y a des trucs que j’adore (les Danettes au caramel, Pink Floyd, le printemps, le Coca-Cola, Batwoman, mes rats en peluche, Laurent Delahousse, etc) et des trucs que je déteste (les gens, le fenouil, les gens, les guêpes, les gens, la manif pour tous, les gens, Marc Levy, les gens, etc).

Comme je suis un être complexe et profond, il y a aussi les trucs que j’adore et déteste à la fois.

En tête de liste : le shopping.

 

Pendant des années, le shopping a été mon ennemi juré, surtout quand j’étais ado. Faut dire qu’à l’époque, les magasins ne proposaient que des trucs grave cheum.

Puis la mode a évoluée, et maintenant les rayons sont remplis de fringues que j’aurais kiffé à 16 ans. La mode est trop une teupu qui se fout de ma gueule en me narguant.

 

Bref, maintenant j’arrive à trouver facilement des vêtements qui sont « mon style » (ne me demandez pas ce que c’est, c’est ma sœur qui dit ça)(grande sœur = coach fashion).

Du coup, j’aime bien aller dans les magasins (bon, une fois par mois grand max hein, faut quand même pas déconner). En plus c’est toujours cool d’avoir de nouvelles affaires.

 

Sauf que.

 

En même temps, je déteste ça.

Je sais pas si c’est parce que j’ai pas trop l’habitude d’y aller, ou parce que la plupart des magasins de vêtements féminins sont des succursales de l’Enfer, mais je m’y sens pas vraiment à ma place. (doux euphémisme)

Je ne sais jamais comment m’y comporter. Je n’en comprends pas les conventions sociales. J’ai l’impression d’être Sheldon Cooper invité à la Garden Party de l’Elysée.

 

Les meufs sont là, trop à l’aise, à beugler des inepties du genre « Haaaaan mais trop sympa ce petit top quoi ! », et t’as juste envie de te cacher derrière les doudounes pour pleurer sur le sort de l’humanité.

Les bitchs se gratifient de regards bienveillants qui veulent clairement dire « T’espères rentrer dans ce 36 ? T’as de l’espoir bichette… » ou bien « Nan mais elle a choisi le modèle de l’an passé, trop la teuhon quoi. »

Les vendeur/ses te posent 8000 questions indiscrètes, te suivent partout, te tripottent, commentent tout ce que tu fais, te disent que « ça vous va vraiment trop bien ! » quand c’est hideux.

Les plus démoniaques vont même jusqu’à ouvrir la cabine en grand quand t’es en train de te changer, n’en ayant rien à battre que tout le magasin puisse contempler ta culotte de citrouille.

La musique diffusée donne des envies de meurtre sanglant.

La lumière crue file la migraine et un teint blafard.

Tu n’as pas la moindre idée de la façon dont se portent les ¾ des vêtements que tu vois (est-ce une mini-jupe ou une écharpe ?).

Les cabines sont surpeuplées, faut faire la queue 20 minutes pour constater que ha bah nan, t’as pas du tout pris la bonne taille.

Parce que oui, tu sais jamais quelle taille prendre, vu que ça change du tout au tout d’un magasin à l’autre.

Bref, c’est méga relou de la mort.

 

Image de Dr Slump : "That ass of  a shop assistant !"

Pareil.

Tout ça pour dire, je suis aujourd’hui rentrée dans l’Antre de la Bête, pour en ressortir 12 minutes plus tard, traumatisée après avoir frôlé la crise d’épilepsie en me perdant dans le rayon « choses fluo ».

Je vous passe les détails, retenez juste que j’ai acheté une écharpe que je trouvais cool.

 

Sauf que. (bis repetita)

 

En arrivant chez moi, fière de ma nouvelle acquisition, j’ai enlevé le mini cintre et les petits trucs en plastique transparent (je sais pas comment ça s’appelle, mais je sais que vous savez de quoi je parle).

J’ai commencé à déplier mon écharpe.

Et là, le drame.

Cette écharpe est RONDE.

Pas linéaire, comme toutes les écharpes, mais ronde, comme un beignet de calamar.

 

J’ai essayé plusieurs solutions, mais rien à faire : je ne comprends pas comment se porte ce truc. (et le coach fashion sus-mentionné ne sert absolument à rien). Je me sens définitivement comme une bamba triste.

Pour l’instant, j’ai opté pour le style “Sith Lord”, mais j’ai peur de me faire arrêter dans les transports en commun.

Echarpe de Sith Lord

Bwahaha !

Je fais donc appel à vous pour m’aider. Je sais que vous avez le sens du style, et que l’accessorizing n’a aucun secret pour vous.

Partagez vos connaissances avec moi. (sivouplait, j’ai pas la chance)

Aidez-moi à mettre mon écharpe.

Sinon, vous pouvez aussi combattre les Daleks dans le jeu Doctor Who du Doodle Google du moment !

2 Responses to “La fashionista qui est en moi”

  1. Flo 23/11/2013 at 23:09 #

    définitivement, un paillasson ?

Trackbacks and Pingbacks

  1. Bisque ! Bisque ! Rage ! | Queen of the void | Queen of the void - 14/01/2014

    […] vous avais déjà donné mon avis sur le shopping. Je parlais alors des magasins plutôt « vie quotidienne », genre M&H, tout ça (hey t’as […]

Leave a Reply

UA-45789538-1