10 bonnes raisons d’aller voir “Les garçons et Guillaume, à table !”

25 Nov

Affiche de "Les garçons et Guillaume, à table !"

"Les garçons et Guillaume, à table !", un film de Guillaume Gallienne

Coucou mes chérubins !

Alors d’abord, un gros merci à tous ceux qui m’ont aidé à apprivoiser cette p****n d’écharpe. Je vous fais une bise sur la fesse gauche <3. Grâce à vous j’ai appris que :

  • Ca s’appelle une “écharpe tube“…
  • …mais les plus swag appellent ça un… *fouille dans ses notes* …un snood ! J’adore, c’est trop bath.
  • D’ailleurs même le guitariste de Woodsend en a un. Mojo++ !
  • Je ne suis pas la seule à ne pas savoir comment le mettre. (rassurant)
  • J’ai peut être une difformité du cou. (re : rassurant)
  • Apparemment, il faut se le foutre sur la tête façon “anneaux de Saturne” (sic), ou encore “tu vois une auréole ? he bah tu fais la même chose mais en vertical” (re-sic) (ouais nan, vous, vous avez servi à rien en fait)

J’ai donc essayé de me le mettre sur la tronche de la façon sus-décrite.

Verdict : je ressemble à une vieille roumaine. Je vais sans doute finir dans un charter pour Bucarest sous peu.

Vieille femme roumaine

Coucou, j’ai mis mon snood !

 

Je continue donc mes investigations, en attendant que mon deuxième coach fashion, Aurore “la Pocahontas des temps modernes” (wtf meuf ?!) vienne me faire une démo en direct live dans mon salon.

Ceci étant dit, venons-en au sujet de cet article, qui n’a en fait absolument aucun rapport : le film de Guillaume Gallienne “Les garçons et Guillaume, à table !”

Alors à la base j’ai vu la bande annonce au ciné il y a quelques semaines, et je me suis dit « encore une comédie bien lourde sur le mec gay tout cliché », et ça m’a gonflée.

Et puis les critiques se sont emballées, des gens de tous horizons ont dit que c’était génial, et on a commencé à en parler pas mal sur les réseaux sociaux, comme par exemple :

Tweet de Kyan Khojandi : "Les garçons et Guillaume, à table !" c'est brillant, sincère et plein d'idées, foncez le voir !

Bref, Kyan Khojandi a aimé “Les garçons et Guillaume, à table !”

(et comme tout le monde le sait, Kyan Khojandi a été critique de cinéma.)

J’ai donc décidé de laisser de côté l’à-priori négatif que m’avait laissé la bande annonce et d’aller voir le film.

(en plus, je sais pas si ça vient de moi ou des bandes-annonces, mais en ce moment je capte que dalle. Je suis allée voir Gravity en pensant que c’était un film contemplatif genre 2001 l’Odyssée de l’Espace, alors qu’en fait trop pas.)

Revenons à nos moutons : « Les garçons et Guillaume, à table » est un film drôle, sensible, juste, original, qui mérite qu’on s’y attarde, et je vous explique pourquoi en dix points (pas de spoiler, vous pouvez y aller)(nan parce qu’il y en a qui se plaignent…)

1. Le sujet central : le genre et la sexualité…

…y est traité de façon réellement intelligente, loin des sentiers battus et des clichés (malgré ce qu’on peut penser à première vue). Le film prend en compte toute la complexité de ce thème, l’exploite, l’explique. Ce film a un côté pédagogique (bien utile pour toi, Français moyen), et prouve par l’exemple que tout n’est pas blanc ou noir, qu’il n’y a pas de sentier tracé, que tout ça c’est compliqué, tout en étant au fond assez simple. Donc non, ce film n’est un remake ni de la Cage aux Folles ni de Chouchou, mais bien une œuvre à part et tout à fait singulière.

2. Un très, très bon jeu d’acteur

(j’ai aucun vocabulaire ce soir, c’est effrayant)

Ca s’applique à l’ensemble du casting, mais surtout, bien sur, à Guillaume Gallienne lui-même, qui joue extrêmement juste et réalise le petit exploit d’incarner à la perfection DEUX personnages : Guillaume et sa mère, un homme et une femme. Cette ambivalence est à l’image du thème du film, et c’est extrêmement intelligent comme procédé au vu du scénario (je peux pas en dire plus sans spoiler légèrement, donc je me tais :x).

3. C’est beau !

C’est un film à l’esthétique sublime, avec des gros plans magnifiques (je garde en tête celui sur l’œil de Guillaume, dans lequel se forme une larme), ou encore la scène de la piscine chère aux films français (je commence à me demander si c’est pas un truc requis par les producteurs : « on te donnera de la thune uniquement si ton film a un titre ridiculement long et comporte une scène dans une piscine. »)

4. C’est drôle !

Genre, pas drôle « je-souris-vaguement-dans-mon-snood », mais drôle « toute-la-salle-éclate-de-rire-en-même-temps ». Humour fin ou un peu plus gras, passages décalés, comique de geste, de situation, mimiques, etc : tout ne m’a pas plu, mais il y en a pour tous les goûts.

5. Mais pas que !

Le film est décrit un peu partout comme une comédie. Je ne suis pas entièrement d’accord. C’est un film drôle, OK, mais c’est aussi un film extrêmement sensible, à l’image du personnage de Guillaume. On ne rit pas tout le temps de la souffrance de Guillaume ; dans plusieurs scènes on souffre avec lui. Guillaume Gallienne réalise un exercice de haute voltige, maintenant un équilibre incroyable entre l’humour et la… le… comment on dit déjà quand c’est touchant  (la touchanterie ?)… enfin bon vous avez compris quoi.

6. Diane Kruger.

Pas la peine de développer.

7. Le théâtre au cinéma et la mise en abyme de l’ensemble du truc

Le film montre Guillaume dans un one-man show autobiographique, dont les scènes se transforment en scènes de cinéma, avec en voix-off le spectacle de Guillaume. Un film sur l’ambiguïté du genre qui flirte lui-même, dans sa réalisation, avec deux genres, c’est beau.  Mais ça va plus loin : avant d’être un film, “Les garçons et Guillaume, à table !” était un one-man show autobiographique écrit et joué par Guillaume Gallienne !

Mind Blown

Et ouais.

 

8. Des personnages haut en couleurs.

Guillaume et sa mère sont deux personnages singuliers, comme l’est leur relation. On retient aussi la grand-mère, le père, les tantes, l’Espagnole du début dont j’ai oublié le nom, les mecs de la pension, le masseur allemand, le rebeu de la boîte de nuit… Tous les personnages ont un petit quelque chose de décalé, sans jamais tomber dans le ridicule ou la caricature.

9. La bande son est cool.

Pas non plus révolutionnaire mais quand même fort agréable par sa variété, avec des reprises sympa, notamment une version chœur féminin de “We are the champions” et un remix techno du “Dies Irae” de Verdi (y aussi du Julio Iglesias, mais personne n’est parfait…).

10. Un film français qui ne donne pas envie de se jeter,

qui est à la fois profond et drôle, et qui fait une respiration agréable avant d’attaquer les grosses productions de fin d’années comme Hunger Games : l’Embrasement, Le Hobbit : La Désolation de Smaug, ou encore Albator Corsaire de l’Espace (non, ça n’est pas une blague).

11. Le film est truffé d’allusions à Sissi

Et Dieu sait que je kiffe Sissi.

(oui, j’avais dit 10 points, JE SAIS, mais que voulez-vous, c’est l’entropie !)

Ne mentez pas, vous ne connaissiez pas plus Guillaume Gallienne que moi (sauf si vous écoutez France Inter le samedi soir, mais alors là je ne peux plus rien pour vous), et c’est une très belle découverte.

Guillaume Gallienne

Guillaume Gallienne, c’est lui ! (t’as vu, il ressemble à Stéphane Bern)

 

En résumé pour ceux qui ont la flemme de tout lire : allez voir ce film, il est bien !

(vous avez même le droit de laisser un commentaire pour dire ce que vous en avez pensé)

(autrement dit : vas-y là fais pas ta pute lâche tes coms bitch)

(tu peux aussi commenter pour me dire que la police des titres est illisible, si tu veux)

2 Responses to “10 bonnes raisons d’aller voir “Les garçons et Guillaume, à table !””

  1. A. 05/12/2013 at 13:58 #

    J’aime bien Pocahontas, fallait que je l’a cite. J’aurai du mettre Rebecca des temps moderne, comme ça personne aurait compris.

    • lofromthevoid 05/12/2013 at 22:46 #

      I AM MRS DE WINTER NOW

Leave a Reply

UA-45789538-1